Mon ami est accro à la cocaïne et a déjà essayé de décrocher à de nombreuses reprises, mais il rechute à chaque fois. Peu importe comment je réagis... que je sois compréhensive, en colère, que je lui pose un ultimatum... Ça ne change rien. Je ne sais pas ce que je peux faire de plus pour lui.

SafeZone.ch a répondu à cette question:

Avec la cocaïne, le risque de rechute est très élevé car l’envie subsiste même lorsque la substance n’a pas été consommée depuis un certain temps. C’est le résultat de modifications au niveau du cerveau. Il faut donc faire preuve de beaucoup de patience et gérer au mieux les rechutes pour comprendre pourquoi cette drogue est si importante pour votre ami.

L’idéal serait que votre ami soit motivé et prêt à faire face à sa consommation. Peut-être cela pourrait-il l’aider de se faire accompagner pour une consultation en matière d’addiction. Beaucoup de gens ont besoin de plusieurs tentatives avant que quelque chose ne change réellement et parfois, il suffit d’une certaine pression extérieure. Cela peut arriver lorsque la personne concernée doit choisir entre son travail ou sa relation et sa consommation de drogue, entre garder son permis de conduire ou continuer de consommer ou lorsqu’elle se rend compte à quel point ses proches souffrent de ce comportement addictif. Ces «pressions» peuvent amener la personne concernée à demander une aide professionnelle pour atteindre son propre but, même s’il ne s’agit pas de renoncer immédiatement à la substance. Dans de ce type de consultation, il s’agit avant tout de développer ou de renforcer la motivation personnelle.

Vous dites avoir déjà posé un ultimatum à votre ami pour qu’il change de comportement. L’avez-vous ensuite mis en œuvre? Si ce n’est pas le cas, il pourrait penser: «Elle me menace mais il ne se passe rien.» Je vous recommande donc de bien réfléchir à la question et de poser uniquement un ultimatum que vous êtes réellement prête à mettre en œuvre. Peut-être que cela fera alors bouger les choses.

Si votre ami ne veut rien changer, cela ne veut pas nécessairement dire que vous ne pouvez rien changer. Cela vous ferait peut-être du bien de mettre un peu de distance entre vous et votre ami et, par la même occasion, entre vous et sa consommation de cocaïne, c’est-à-dire d’accorder plus d’attention à la vie en dehors de votre relation. Faites des choses que vous aimez, cultivez d’autres relations, continuez d’enrichir votre vie, essayez de nouvelles activités... Toutes ces expériences peuvent se révéler libératrices et enrichissantes et envoient un message clair à votre ami: «J’aime passer du temps avec toi, mais lorsque tu consommes de la cocaïne et que cela devient la chose la plus importante à tes yeux, je m’occupe de moi.» Vous pouvez aussi lui dire, par exemple, que vous ne voulez pas le voir s’il a pris de la cocaïne.

Pour conclure et pour revenir à votre question: Vous ne pouvez rien faire pour votre ami s’il ne le veut pas. Ce que vous pouvez faire, c’est vous occuper de vous, ce qui fera peut-être ensuite bouger les choses de son côté.


Autres questions des proches

Notre fille de 15 ans ne fume pas de tabac ni de cannabis, mais elle aimerait essayer les cigarettes de CBD, car elles ne rendraient pas dépendant. Est-ce que c’est vrai?

Nous consommons de la cocaïne au moins une fois par semaine. Au cours des trois dernières années, nous avons également augmenté la dose. L'alcool est toujours le déclencheur de cette envie. Nous avons besoin d'aide avant de perdre plus que de l'argent. Mais où? Et comment? Et comment impliquer ma compagne?

Comment puis-je aider mon beau-frère qui est dépendant du jeu? Ma sœur m’a dit qu’il a emprunté de l'argent à ses parents et à des amis communs. Il a un rendez-vous dans un centre spécialisé dans les dépendances, mais nous craignons qu'il se taise sur le plus important.

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.