Héroïne – Informations sur la substance, les effets et les effets secondaires

L’héroïne (désignation chimique: diacétylmorphine) est un opiacé puissant, semi-synthétisé et à caractère analgésique. Elle a un très fort potentiel addictif. L’héroïne est vendue sur le marché sous forme de poudre blanche, beige, grise ou brune. Elle contient le plus souvent des substances de coupage et des impuretés lors de la fabrication. En outre, elle est souvent coupée avec de la caféine et du paracétamol. L’héroïne s’injecte dans la majorité des cas, elle est rarement fumée ou inhalée.

Quels sont les effets et les effets secondaires de la consommation d’héroïne?

La consommation d’héroïne a un effet euphorisant, apaisant et équilibrant. Elle élimine l’anxiété. Le sentiment de bien-être et l’autosatisfaction sont, par exemple, d’autres effets provoqués par sa consommation; on s’évade de la réalité et on se sent protégé. Toutefois, les effets dépendent de la teneur en pureté et de la disposition physique de la personne qui en consomme. Les effets de l’héroïne se ressentent 10 secondes après avoir été injectée par voie intraveineuse et quelques minutes après avoir été fumée ou inhalée. La durée des effets dépend du dosage, de la qualité du produit et de la forme de consommation. Elle est de 2 à 5 heures. L’écart entre la dose tolérée, effective et mortelle est minime.

L’héroïne peut provoquer un ralentissement du rythme cardiaque jusqu’à une réduction mortelle du rythme de la respiration de 2 à 4 respirations par minute. Nausées, vomissements, démangeaisons, chute de la pression sanguine, ralentissement du pouls, rétrécissement des pupilles («en tête d’épingle») et blocage de la fonction urinaire sont les effets secondaires supplémentaires liés à la consommation d’héroïne. A cela s’ajoutent la désorientation, la confusion, les troubles du langage et de la coordination, les trous de mémoire, la constipation et la baisse du désir sexuel.

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.

Conséquences d’une consommation d’héroïne à long terme et dépendance à l’héroïne

Une consommation régulière d’héroïne mène rapidement à une dépendance psychique et physique, déjà 1 à 2 semaines après le début de la consommation, avec des symptômes de sevrage. Pour obtenir toujours le même effet, le dosage doit être constamment augmenté.

L’inhalation de l’héroïne provoque la destruction de la cloison et des muqueuses nasales. Fumer de l’héroïne peut endommager les bronches et les poumons. Les inflammations des veines surviennent fréquemment lors de la consommation d’héroïne par voie intraveineuse et le risque de contracter des maladies infectieuses telles que l’hépatite C ou le VIH est très élevé. La dépendance à l’héroïne conduit souvent à la déchéance physique due à une alimentation déficiente et à une mauvaise hygiène. Les troubles de la personnalité apparaissent et l’isolement social qui va de pair avec la criminalité et la prostitution s’installe graduellement. Les effets suivants liés à l’héroïne ne sont pas rares : maladies cardiovasculaires, maladies des dents, de la bouche et des mâchoires, infiltration d’eau dans les poumons pouvant aller jusqu’à un œdème pulmonaire.

La dépendance à l’héroïne est une maladie chronique. Afin de réduire les conséquences et les dommages à long terme, les personnes dépendantes à l’héroïne en Suisse bénéficient d'une prise en charge médicale et psychosociale. Dans les traitements de substitution, l'héroïne illégale est remplacée par un opioïde médicalement prescrit, le plus souvent par la méthadone. Dans le cadre du traitement assisté par l'héroïne (HeGeBe), les personnes dépendantes sont traitées à la diacétylmorphine (héroïne produite par des moyens pharmaceutiques).

Informations médicales sur le traitement de la dépendance à l'héroïne: praticien-addiction.ch

Polyconsommation et surdose

La consommation d'héroïne peut entraîner une overdose mortelle. Toutefois, seules quelques surdoses des héroïnomanes sont dues à la prise d’héroïne seule. Le risque de mort par overdose augmente considérablement lors d’une polyconsommation avec d’autres sédatifs comme l’alcool ou les benzodiazépines, p.ex. le flunitrazépam ou le diazépam. La prise d’héroïne avec des benzodiazépines augmente le risque de faire un arrêt respiratoire étant donné que les deux produits réduisent l’activité des muscles respiratoires. La prise simultanée d’héroïne et de cocaïne est appelée, dans le langage courant «cocktail» ou «speedball». Les deux drogues produisent des effets opposés, d’où un risque pour le système cardiovasculaire. De plus, le risque de surdosage est particulièrement élevé lors de la consommation simultanée des deux produits.

Effets de la consommation d’héroïne sur l’enfant à naître

Les femmes consommant de l’héroïne ne reconnaissent souvent que tardivement les signes d’une grossesse, étant donné qu’elles considèrent les nausées et les vomissements comme des symptômes de sevrage. En cas de dépendance à l’héroïne durant la grossesse, le fœtus est exposé à des risques pour la santé. Un sevrage effectué de manière brutale augmente le risque de fausse couche. Le traitement de substitution (p. ex. avec la méthadone) doit être accompagné d’un suivi psychosocial et constitue un traitement approprié aussi bien pour la mère que pour l’enfant.

Plus d'informations sur l'héroïne et les opioïdes

Préférez-vous une consultation sur place?

Sur Indexaddictions.ch, vous pouvez trouver des centres spécialisés dans votre région.

Vos questions – nos réponses sur la dépendance à l’héroïne

Bonjour 👋 je prends du sèvre-long depuis 7ans mtnt j'ai commencé a 360mg et aujourd'hui je suis a 60mg jr. Il n'existe pas de plus petite dose que 30mg pour pouvoir baisser !? Comment descendre la dose puisque les gélules ne peuvent pas être modifié acause de la formule retard. Je souffre a cause du sevrage et j'ai peur 😱 de pas pouvoir trouver de solution pour baisser progressivement. Auriez-vous une solution svp merci car il n'existe pas de gélules de 10mg en sèvre-long morphine retard.

Mon copain ne consomme plus de drogue depuis cinq ans, mais il suit encore un traitement à base de méthadone. Dernièrement, il dit qu'il aimerait arrêter la méthadone. Il est sûr de ne plus jamais consommer de drogue. J’ai pourtant peur qu’il fasse une rechute, est-ce que je m’inquiète trop?

Mon fils consomme (fume) de l'héroïne depuis un certain temps déjà. Qu’est-ce que je peux faire? Quel type d’aide existe-il?