Newsletter | 05.2018

Éditorial

L’entraide constitue une composante essentielle de l’aide aux personnes dépendantes. C’est pourquoi SafeZone.ch propose non seulement des consultations individuelles par mail ou par chat, mais également des chats de groupe (en allemand et en italien) animés par des experts qui permettent aux personnes concernées d’échanger. Les offres de l’entraide autogérée et de l’aide dans les addictions sont complémentaires et visent à soutenir au mieux les personnes concernées ou à risque. Les chats d’entraide, quant à eux, sont destinés tant aux personnes concernées qu’à leurs proches.

En tant qu’espace virtuel, Internet ouvre de nouvelles possibilités aux groupes d’entraide. Dans cette newsletter, Info-Entraide Suisse, qui collabore étroitement avec SafeZone.ch, explique pourquoi les chats de groupe prennent de plus en plus d’importance. La section bernoise de l’association nous éclaire sur le fonctionnement des chats. La consultation par mail de SafeZone.ch est également examinée en détail. D’après une étude récente, la consultation via mail de SafeZone.ch se caractérise par une approche orientée sur les ressources et les solutions. De plus, elle se focalise sur la co-production entre professionnel-le et personne à la recherche d’aide. Les pratiques lors des consultations sont uniformes et l’offre atteint un large public hétérogène.

Bonne lecture!

Alwin Bachmann, Lucia Galgano, Alberto Marcacci
Responsables de projet SafeZone.ch

SafeZone.ch: Infographiques 2018

Rapport sur les mécanismes de changement

Consultation anonyme sur les addictions par messagerie sécurisée: SafeZone.ch utilise cette forme de consultation depuis 2014. Quels modes de comportement addictif sont abordés dans les consultations par mail? Comment se déroulent les consultations par mail? Comment les professionnels aménagent-ils la consultation par mail afin d’aborder les problématiques liées aux addictions? En d’autres termes: quels mécanismes de changement sont utilisés dans les consultations par mail sur SafeZone.ch? Le rapport d’une nouvelle étude, réalisée par socialdesign sur mandat de l’OFSP, répond à ces questions. Il présente également des recommandations sur la manière dont l’échange d’expériences entre professionnel-le-s et la qualité de la consultation en ligne peuvent être développés sur la base de mécanismes de changement.

Synthèse du rapport
Rapport entier (en allemand, en bas de la page)

Rapport sur les mécanismes de changement

Interviews sur l'entraide

Dans le domaine de l’aide en ligne, Info-Entraide Suisse mise sur l’offre de SafeZone.ch. Pascal Pfister, responsable de la communication chez Info-Entraide Suisse, explique les raisons de l’importance d’une présence sur Internet, tout en précisant les avantages et les défis qui en découlent. Adrienne Scheurer-Villet, co-responsable d’Info-Entraide Berne et modératrice de chats de groupe sur SafeZone.ch en allemand, livre un aperçu des échanges virtuels et décrit en quoi ils diffèrent d’une consultation en face-à-face.

SafeZone.ch: Selon vous qu’apporte le développement numérique à l’entraide?

Pascal Pfister: L’entraide autogérée comporte de nombreuses facettes et peut prendre différentes formes. Son but est que des personnes dans une situation similaire se réunissent pour échanger et se soutenir. L’espace virtuel offre des possibilités complémentaires. Les groupes d’entraide peuvent ainsi également se rencontrer dans un espace virtuel.

SafeZone.ch: Voyez-vous dans cette évolution des défis pour l’entraide? Comment peut-on les relever?

Pascal Pfister: De nos jours, on passe beaucoup de temps en ligne. L’entraide doit donc aussi y être présente. Nous travaillons à l’amélioration de notre présence en ligne et essayons d’atteindre les personnes concernées à travers les réseaux sociaux. Depuis mai 2018, nous proposons de nouveaux chats de groupe d’entraide en allemand sur plusieurs thèmes en plus des addictions sur www.selbsthilfe-chats.ch. Nous mettons ainsi à disposition une autre plateforme pour les interactions en ligne et les groupes d’entraide virtuels.

SafeZone.ch: Quel groupe cible souhaitez-vous atteindre avec cette offre en ligne?

Pascal Pfister: L’accès aux offres en ligne est plus simple, plus rapide et il n’y a pas de contraintes géographiques. Les chats représentent une opportunité pour les personnes qui ne pourraient se rencontrer physiquement qu’au prix de gros efforts. Par ailleurs, nous espérons que les jeunes auront plus d'audace pour se joindre à un groupe d'entraide en ligne.

SafeZone.ch: Vous collaborez avec SafeZone.ch. Quels sont les avantages de cette collaboration?

Pascal Pfister: SafeZone.ch jouit d’une grande expérience et dispose d’une bonne infrastructure. Nous sommes plus efficaces en développant notre offre sur cette base et il aurait été impensable de faire cavalier seul. Quoi qu'il en soit, la mise en réseau des différentes offres en ligne est un facteur de succès important.

Entraide

SafeZone.ch: Quelles sont les attentes des personnes qui recourent aux chats d'entraide sur SafeZone.ch?

Adrienne Scheurer-Villet: Sur SafeZone.ch, nous proposons actuellement aux personnes concernées et à leurs proches des chats sur les addictions. Le souhait d'un échange avec des personnes partageant la même situation est au premier plan. Comment font-elles dans ces cas-là? Comment ont-elles surmonté les difficultés? Qu'est-ce qui est difficile à l'heure actuelle et quelle pourrait être la prochaine étape?

SafeZone.ch: Comment se déroule un tel chat?

Adrienne Scheurer-Villet: Les utilisateurs du chat entrent dans le chat et je les accueille en leur souhaitant la bienvenue. Ensuite, nous examinons les problèmes qui les préoccupent le plus à l’heure actuelle, puis nous décidons ensemble de ceux que nous voulons aborder en premier. Il arrive souvent qu’un participant ait une question concrète et que les autres lui répondent en se référant à leurs propres expériences. Cela ouvre la voie à un échange animé entre tous les participants. Parfois, un utilisateur veut ou doit quitter le chat avant la fin prévue. Dans ce cas, il dit au revoir, comme on le ferait dans un groupe classique.

SafeZone.ch: Selon vous, quels sont les principaux avantages et défis de l’entraide en ligne?

Adrienne Scheurer-Villet: Une partie de notre mission est de réunir des personnes ayant des difficultés similaires et de leur permettre d'échanger. Nous devons également tenir compte des points de rencontre dans le monde virtuel. En effet, ils peuvent aider les personnes à trouver les offres qui leur correspondent sur Internet. Le chat est l'une de ces offres et permet d’entrer facilement dans un groupe d'entraide. L'un des défis est de promouvoir l'échange par une bonne modération, tout en respectant les compétences des participants et en protégeant leur anonymat. Pour de nombreuses personnes, il n'est pas possible d’échanger avec des personnes de l'extérieur pour des raisons de santé. Le chat leur ouvre de nouvelles possibilités.

SafeZone.ch: En quoi un groupe d'entraide en ligne diffère-t-il d'un groupe classique?

Adrienne Scheurer-Villet: L'échange virtuel est limité à la langue écrite. De plus, la participation au chat nécessite un ordinateur ou un appareil mobile connectés à Internet. Des compétences informatiques de base et de la langue écrite sont donc nécessaires pour échanger par chat. La participation est sans engagement et il est possible de quitter le groupe à tout moment par un simple clic de souris. Dans un groupe d'entraide classique, l’échange intervient à un niveau plus global. Le contact personnel avec chaque participant et avec le groupe est important. Des relations émergent et le réseau social s'élargit. Les participants s'impliquent et participent activement au processus. Le groupe et les expériences positives ont une influence positive durable sur le bien-être.

SafeZone.ch: Quelles conclusions tirez-vous de votre expérience d’animatrice tant dans des groupes virtuels que dans des groupes classiques?

Adrienne Scheurer-Villet: Les personnes qui échangent activement des informations dans les chats sont très heureuses de cette possibilité. Pour les sujets dont on a honte, incluant les thèmes abordés par les personnes dépendantes et leurs proches, le chat est souvent l'un des rares moyens d'échanger de façon anonyme. «Parler, ça aide» est le slogan de l’entraide autogérée et «écrire, ça aide» pourrait être celui de l’entraide virtuelle. Je suis convaincue que ces deux formes d’entraide fonctionneront à court ou à long terme.

Zoom: Info-Entraide Suisse

Info-Entraide Suisse

Info-Entraide Suisse sert de plate-forme nationale pour tout ce qui concerne les groupes d’entraide dans le domaine de la santé ou social. Elle assure la coordination et le travail en réseau au niveau national et s’engage pour la promotion des groupes d’entraide dans le système socio-sanitaire suisse. Elle encourage le développement des centres Info-Entraide régionaux et la recherche sur la thématique des groupes d’entraide en Suisse.

www.infoentraidesuisse.ch

Info-Entraide Suisse

Agenda

23 mai à 11h00
Chat individuel: L'alcool: votre consommation ou celle d'un de vos proches vous questionne? Prenons le temps d'en parler lors de ce chat.

24 mai à 10h00 ** Journée Nationale Alcool **
Chat individuel: Besoin de parler de sa consommation d'alcool ou de celle d'un proche?

24 mai à 12h00 ** Journée Nationale Alcool **
Chat individuel: Matin, midi et soir - quand l'alcool devient médicament.

24 mai à 20h30 ** Journée Nationale Alcool **
Chat individuel: Parlons librement de l'alcool lors de sa journée nationale.

24 mai à 21h00 ** Journée Nationale Alcool **
Chat individuel: Besoin de parler de sa consommation d'alcool ou de celle d'un proche?

25 mai à 15h00
Chat individuel: L'alcool, réservez ce chat pour tenter de trouver réponse à vos questionnements.

28 mai à 15h00
Chat individuel: Besoin de parler de votre consommation d'alcool ou de celle d'un proche.

29 mai à 10h00
Chat individuel: Vous souhaitez diminuer ou arrêter de consommer? c'est l'occasion d'en parler!

Tous les chats individuels

Chats individuels

Votre équipe SafeZone.ch

Pour plus d'informations
www.safezone.ch