Héroïne

Substance

L’héroïne (désignation chimique: diacétylmorphine) est un opiacé puissant, semi-synthétisé et à caractère analgésique. Elle a un très fort potentiel addictif. L’héroïne est vendue sur le marché sous forme de poudre blanche, beige, grise ou brune. Elle contient le plus souvent des substances de coupage et des impuretés lors de la fabrication. En outre, elle est souvent coupée avec de la caféine et du paracétamol. Les produits de coupage non toxiques utilisés couramment sont le lait en poudre, la farine et l’acide ascorbique. L’héroïne s’injecte dans la majorité des cas, elle est rarement fumée ou inhalée.

Risques et effets secondaires

L’héroïne a un effet euphorisant, apaisant et équilibrant. Elle élimine l’anxiété. Le sentiment de bien-être et l’autosatisfaction sont, par exemple, d’autres effets provoqués par sa consommation; on s’évade de la réalité et on se sent protégé. Toutefois, les effets dépendent de la teneur en pureté et de la disposition physique du consommateur/de la consommatrice. Les effets de l’héroïne se ressentent 10 secondes après avoir été injectée par voie intraveineuse et quelques minutes après avoir été fumée ou inhalée. La durée des effets dépend du dosage, de la qualité du produit et de la forme de consommation. Elle est de 2 à 5 heures. L’écart entre la dose tolérée, effective et mortelle est minime.

L’héroïne peut provoquer un ralentissement du rythme cardiaque jusqu’à une réduction mortelle du rythme de la respiration de 2 à 4 respirations par minute. Nausées, vomissements, démangeaisons, chute de la pression sanguine, ralentissement du pouls, rétrécissement des pupilles («en tête d’épingle») et blocage de la fonction urinaire sont les effets secondaires supplémentaires liés à la consommation d’héroïne. A cela s’ajoutent la désorientation, la confusion, les troubles du langage et de la coordination, les trous de mémoire, la constipation et la baisse du désir sexuel.

Consultation par courriel

Avez-vous des questions sur l’héroïne?

Accès direct à la consultation par courriel.



Chats actuels

lun.. 11 déc.. '17
20:30 - 21:30

Chat individuel en ligne

Alcool, drogues, jeux : des questions ? Prenons le temps d'en parler.

Modération: SafeZone-Solange

Chats actuels

mer.. 13 déc.. '17
20:30 - 21:30

Chat individuel

vous êtes inquiet pour l'un de vos proches ?

Modération: SafeZone-Nejla

Chats actuels

mar.. 19 déc.. '17
20:30 - 21:30

Chat individuel en ligne

Vous vous inquitétez pour l'un de vos proches ? Prenons le temps d'en parler lors d'un chat.

Modération: SafeZone-Solange

Chats actuels

jeu.. 28 déc.. '17
20:30 - 21:30

Chat individuel en ligne

Alcool drogues, tabac, jeux, écrans,... Parlons-en ensemble pour tenter de mieux comprendre.

Modération: SafeZone-Solange

Chats actuels

mer.. 03 janv.. '18
17:00 - 18:00

Chat individuel

Envie de parler de vos bonnes résolutions? une consultante est là pour vous.

Modération: SafeZone-Greta

Chats actuels

jeu.. 18 janv.. '18
10:00 - 11:00

Chat matinal

Un espace pour échanger autour de votre consommation ou de celle d'un proche de manière anonyme.

Modération: SafeZone-Greta

Conséquences d’une consommation à long terme

Une consommation régulière d’héroïne mène rapidement à une dépendance psychique et physique, déjà 1 à 2 semaines après le début de la consommation. Pour obtenir toujours le même effet, le dosage doit être constamment augmenté.

L’inhalation de l’héroïne provoque la destruction de la cloison et des muqueuses nasales. Fumer de l’héroïne peut endommager les bronches et les poumons. Les inflammations des veines surviennent fréquemment lors de la consommation d’héroïne par voie intraveineuse et le risque de contracter des maladies infectieuses telles que l’hépatite C ou le VIH est très élevé. La consommation chronique d’héroïne conduit souvent à la déchéance physique due à une alimentation déficiente et à une mauvaise hygiène. Les troubles de la personnalité apparaissent et l’isolement social qui va de pair avec la criminalité et la prostitution s’installe graduellement. Les effets suivants liés à l’héroïne ne sont pas rares: maladies cardiovasculaires, maladies des dents, de la bouche et des mâchoires, infiltration d’eau dans les poumons pouvant aller jusqu’à un œdème pulmonaire.

Polyconsommation et surdose

Seules quelques surdoses des héroïnomanes sont dues à la prise d’héroïne seule. Le risque de mort par overdose augmente considérablement lors d’une polyconsommation avec d’autres sédatifs comme l’alcool ou les benzodiazépines, p.ex. le flunitrazépam ou le diazépam. La prise d’héroïne avec des benzodiazépines augmente le risque de faire un arrêt respiratoire étant donné que les deux produits réduisent l’activité des muscles respiratoires. La prise simultanée d’héroïne et de cocaïne est appelée, dans le langage courant, «cocktail» ou «speedball». Les deux drogues produisent des effets opposés, d’où un risque pour le système cardiovasculaire. De plus, le risque de surdosage est particulièrement élevé lors de la consommation simultanée des deux produits.

Effets sur l’enfant à naître

Les femmes héroïnomanes ne reconnaissent souvent que tardivement les signes d’une grossesse, étant donné qu’elles considèrent les nausées et les vomissements comme des symptômes de sevrage. En cas de consommation d’héroïne durant la grossesse, le fœtus est exposé à des risques pour la santé. Un sevrage effectué de manière brutale augmente le risque de fausse couche. Le traitement de substitution (p. ex. avec la méthadone) doit être accompagné d’un suivi psychosocial et constitue un traitement approprié aussi bien pour la mère que pour l’enfant.

Autres sources d’informations

Faits et chiffres: www.addictionsuisse.ch; www.suchtmonitoring.ch
Infos médicales: www.praticien-addiction.ch
Informations du Safer Use pour les consommateurs/-trices: www.know-drugs.ch; www.saferparty.ch