Comment puis-je aider mon beau-frère qui est dépendant du jeu? Ma sœur m’a dit qu’il a emprunté de l'argent à ses parents et à des amis communs. Il a un rendez-vous dans un centre spécialisé dans les dépendances, mais nous craignons qu'il se taise sur le plus important.

SafeZone.ch a répondu à cette question:

Certainement votre support soulage votre sœur dans cette situation. Si votre beau-frère est d'accord, votre sœur pourrait l'accompagner lors du premier entretien. En général, les services spécialisés dans les dépendances sont très ouverts à l’implication des membres de la famille.

Si votre beau-frère ne souhaite pas être accompagné, elle peut faire part au service de son point de vue sur la situation ou elle peut demander un rendez-vous pour un conseil pour elle-même sur la marche à suivre.

Il est important de se rappeler que la dépendance au jeu est un trouble grave similaire à la dépendance à une substance. Les personnes concernées essaient de passer chaque minute libre à jouer, dans l'espoir de remporter enfin le gros lot ou au moins de pouvoir rembourser leurs dettes. Cependant, les pertes ne sont généralement pas récupérées, car les éventuels gains sont immédiatement remis en jeu. Les personnes touchées ont perdu le contrôle de leurs pensées et de leurs actions. Dans la phase de dépendance, ils promettent souvent beaucoup et ne maintiennent pas leur engagement.

Les proches ont la possibilité d’activer des mesures pour protéger le joueur. Si votre beau-frère joue dans des casinos, votre sœur pourrait y demander une interdiction de jeu pour lui.

Quiconque prête de l'argent à votre beau-frère ne le soutient pas, mais alimente sa dépendance. Ce serait bien qu’il remette toutes ses cartes de crédit et bancaires à une personne de confiance et qui s’occupe de la gestion de son argent. S'il a accès au compte personnel d’un proche, il faudrait le lui retirer immédiatement. Il a été prouvé qu'il est efficace pour les personnes touchées de ne pas avoir plus d'argent dans leurs poches que ce dont elles ont besoin pour leurs besoins quotidiens.

Pour plus d’informations, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement privé au travers de la consultation en ligne de SafeZone.ch. Vous pouvez également appeler le 0800 801 381 ou vous adresser à un service spécialisé dans votre canton; sur ce site vous trouvez les adresses: www.sos-jeu.ch/fr/lieux_d%E2%80%99aide_par_canton.


Autres questions des proches

Mon mari est enfin sobre grâce à l’Antabus, mais il est rentré d’un souper entre collègues avec le visage rouge, souffrant de nausées et transpirant beaucoup. Il jure qu’il n’a bu que de l’eau et du Coca. Pour moi, cela pourrait aussi très bien être les effets de l’alcool. Est-ce qu’il me ment encore ou existe-t-il une autre explication à ces symptômes?

Mon fils consomme (fume) de l'héroïne depuis un certain temps déjà. Qu’est-ce que je peux faire? Quel type d’aide existe-il?

Mon copain ne consomme plus de drogue depuis cinq ans, mais il suit encore un traitement à base de méthadone. Dernièrement, il dit qu'il aimerait arrêter la méthadone. Il est sûr de ne plus jamais consommer de drogue. J’ai pourtant peur qu’il fasse une rechute, est-ce que je m’inquiète trop?

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.