Mon frère est accro aux paris depuis longtemps. C'est une situation très difficile et psychologiquement stressante pour lui comme pour nous, ses proches. Quelle est la meilleure façon de traiter une dépendance aux paris? Quelle est la meilleure façon de s'arrêter et combien de temps cela prend-il? Y a-t-il une possibilité de thérapie?

SafeZone.ch a répondu à cette question:

Si votre frère est prêt à faire un changement, une mesure possible qu’il peut mettre en place pourrait être une interdiction de jeu. Il lui sera donc plus difficile de jouer.

De plus, il peut donner toutes ses cartes bancaires et sa carte de crédit à un membre de sa famille ou à une personne de confiance pour qu’il ne puisse plus retirer de l'argent. Il peut également faire bloquer sa carte de crédit; il recevrait uniquement ce dont il aura besoin pour ses dépenses quotidiennes. Quelqu’un devrait gérer son compte au cours de la première période et payer ses factures.

Votre frère peut ressentir des symptômes de sevrage lorsqu'il arrête de parier. Les symptômes de sevrage peuvent comprendre: des problèmes de concentration, des troubles du sommeil, de l'irritabilité, de l'agitation et un manque général de vitalité. Il peut avoir besoin du soutien de ses proches pour faire face à ces symptômes. Une planification de ses journées peut contribuer à le distraire; il saurait ainsi toujours ce qu'il a à faire. Pendant cette période, il pourrait aussi envisager de rendre visite à quelqu'un ou de partir en vacances afin de se distraire. Ce n'est qu'après avoir surmonté les symptômes du sevrage qu'il peut essayer de comprendre les raisons de ses paris et ce qu'il peut faire pour retrouver du plaisir dans d’autres activités.

Je vous recommande vivement, à vous et à son entourage, de ne pas donner de l'argent à votre frère. S'il reçoit de l'argent de votre part, il ne voudra peut-être pas arrêter de parier et perdra aussi votre argent.

Il se peut que votre frère ait besoin de plus de temps pour résoudre le problème et cesser de penser aux paris. Il sera certainement plus facile pour votre frère d'arrêter s'il est accompagné par un professionnel qui pourrait le soutenir dans son parcours. Les gens pensent toujours que seules les personnes ayant des problèmes de dépendance à des substances ont besoin d'une thérapie. Parfois, c'est aussi un bon moyen pour les personnes souffrant d'une dépendance comportementale de s'en sortir.

Pour plus d’informations, autant votre frère que vous, ensemble ou séparément, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement au travers de la consultation en ligne privée de SafeZone.ch. Vous pouvez également appeler le 0800 801 381 ou vous adresser à un service spécialisé dans votre canton; sur ce site vous trouvez les adresses des centres spécialisés: www.sos-jeu.ch/fr/lieux_d%E2%80%99aide_par_canton.


Autres questions des proches

Mon copain ne consomme plus de drogue depuis cinq ans, mais il suit encore un traitement à base de méthadone. Dernièrement, il dit qu'il aimerait arrêter la méthadone. Il est sûr de ne plus jamais consommer de drogue. J’ai pourtant peur qu’il fasse une rechute, est-ce que je m’inquiète trop?

Mon ami est accro à la cocaïne et a déjà essayé de décrocher à de nombreuses reprises, mais il rechute à chaque fois. Peu importe comment je réagis... que je sois compréhensive, en colère, que je lui pose un ultimatum... Ça ne change rien. Je ne sais pas ce que je peux faire de plus pour lui.

Mon fils consomme (fume) de l'héroïne depuis un certain temps déjà. Qu’est-ce que je peux faire? Quel type d’aide existe-il?

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.