Mon copain ne consomme plus de drogue depuis cinq ans, mais il suit encore un traitement à base de méthadone. Dernièrement, il dit qu'il aimerait arrêter la méthadone. Il est sûr de ne plus jamais consommer de drogue. J’ai pourtant peur qu’il fasse une rechute, est-ce que je m’inquiète trop?

SafeZone.ch a répondu à cette question:

Votre copain a fait quelque chose d’incroyable. Il a réussi à se passer de drogue pendant cinq ans. Maintenant, il aimerait aussi y arriver sans médicaments. Le désir de retrouver enfin la santé après des années de dépendance et de ne plus prendre de médicaments est compréhensible. Toutefois, ce désir comporte aussi des risques, car il ne faut pas sous-estimer l’aide des médicaments pour surmonter le «craving», cette envie irrésistible de consommer.

La décision de renoncer totalement aux médicaments doit être mûrement réfléchie et différents points doivent être pris en compte. Il est important par exemple de savoir combien de temps la personne a consommé de la drogue, car une longue phase de consommation est plutôt défavorable à une interruption complète des médicaments. De plus, le fait qu’une personne consomme en plus de la méthadone de l'alcool ou du cannabis doit également peser dans la décision. Il est aussi important que la personne concernée puisse compter sur un bon réseau de relations de confiance pouvant venir en aide au besoin. Si le «craving» devait réapparaître, il serait utile de disposer d’un plan d'urgence élaboré à l'avance. La personne devrait également avoir une vie quotidienne réglée et exercer une occupation porteuse de sens.

De plus, l’accompagnement médical et thérapeutique doit absolument se poursuivre après un sevrage et durer plusieurs années.

Dans le cas d'un sevrage complet, la prudence est de mise et la prise de méthadone doit être réduite petit à petit. Il faut donc planifier assez de temps pour le sevrage. Si une rechute devait survenir après une longue période sans médicament, cela pourrait être très dangereux en raison du risque élevé de surdose, étant donné que le corps n’est plus habitué à la drogue. Par conséquent, de nombreux médecins de l’addiction recommandent la prudence. Les situations doivent donc être analysées au cas par cas et la décision doit être prise de manière responsable avec un médecin.


Autres questions des proches

Mon frère veut organiser son anniversaire avec quelques amis sur son bateau. Il aime faire la fête en buvant beaucoup d’alcool. Quand je lui ai dit qu’en tant que conducteur, il ne pouvait boire qu’une bière, il a ri et a dit que les 0.5 pour mille ne sont plus d’actualité. Est-ce que c’est vrai?

Mon fils de 16 ans pense qu'il est normal de fumer de l'herbe. Tout le monde dans sa classe le ferait. Je ne suis pas d'accord. Qu'en dites-vous?

Mon mari est enfin sobre grâce à l’Antabus, mais il est rentré d’un souper entre collègues avec le visage rouge, souffrant de nausées et transpirant beaucoup. Il jure qu’il n’a bu que de l’eau et du Coca. Pour moi, cela pourrait aussi très bien être les effets de l’alcool. Est-ce qu’il me ment encore ou existe-t-il une autre explication à ces symptômes?

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.