Après qu’on m’ait diagnostiqué une dépendance à l’alcool, je suis resté sobre pendant un an. J’aimerais maintenant pouvoir boire une bière sans alcool de temps en temps, surtout quand il fait chaud. Est-ce que ça peut poser un problème? Et est-ce qu’il existe un risque de dépendance à la bière sans alcool?

SafeZone.ch a répondu à cette question:

Les expériences peuvent être très différentes d’une personne à l’autre. Certaines personnes considèrent la bière sans alcool comme un bon substitut. Elles en apprécient le goût et n’ont pas besoin de ressentir les effets de l'alcool. Pour d’autres, le simple goût de la bière agit comme un déclencheur et réveille l’envie de ressentir les effets de l’ivresse. Pour ces personnes, il est donc conseillé de renoncer également à la bière sans alcool. Chaque personne peut faire ses propres expériences et décider ensuite de ce qu’il est bon de faire.

En ce qui concerne le risque de dépendance, on pourrait dire d’une personne qu’elle est dépendante à la bière sans alcool si elle ne peut pas s’en passer. Toutefois, le facteur de dépendance le plus important dans la bière reste l’alcool et la consommation de bière sans alcool ne devrait guère entraîner de dépendance.

Certains s’inquiètent de la présence de la quantité résiduelle d’alcool (maximum 0.5%) que l’on retrouve habituellement dans la bière sans alcool. Cependant, il faudrait boire au moins 10 fois plus de bière sans alcool pour obtenir le même effet qu’avec la bière avec alcool. Un léger effet est perceptible à partir de 0.01%, ce qui veut dire qu’il faudrait en consommer plus de 1.5 litre. De plus, il faudrait boire tout cela rapidement puisque cette quantité d’alcool est déjà éliminée au bout d’une heure. En principe, boire une bière sans alcool de temps en temps ne devrait donc pas poser de problème.

Certaines restrictions doivent toutefois être observées. Si vous devez par exemple fournir une preuve de votre abstinence au service la circulation routière, vous êtes expressément averti de l’interdiction de consommer de la bière sans alcool. Les personnes suivant un traitement à l’aide d’un médicament qui réagit en présence de l’alcool tel que l’Antabus devraient également s’abstenir d’en consommer. Dans le commerce, on trouve également de la bière sans alcool avec 0.0 pour mille.


Questions de personnes concernées

Nous consommons de la cocaïne au moins une fois par semaine. Au cours des trois dernières années, nous avons également augmenté la dose. L'alcool est toujours le déclencheur de cette envie. Nous avons besoin d'aide avant de perdre plus que de l'argent. Mais où? Et comment? Et comment impliquer ma compagne?

Je prends des amphétamines (0.5-1g) tous les jours depuis environ 1 an, occasionnellement aussi du Chrystal (uniquement pour faire la fête, quand j'ai 2 ou 3 jours de congé après!!). J'ai une vie «normale», je mange normalement, je travaille, j'ai beaucoup d'intérêts et de hobbies, je vais dormir (pendant la semaine) vers 23 heures. J’ai deux questions à vous poser: 1. Je suis sportif, je fais de la musculation 3 fois par semaine, du jogging 2 fois par semaine et je fais tous les jours environ 20 minutes de yoga. Est-ce que je peux faire du sport sous l’effet d’amphétamines? Je ne fais pas de compétitions et, à part une heure de jogging, le reste ne m'épuise pas. Dans le passé, j’ai aussi couru 2 semi-marathons et 1 marathon. Des dangers? 2. Si je veux rester debout plus longtemps le soir pour travailler sur l’ordinateur, je tire encore 2 lignes de quart de gramme (très bonne qualité). Ces deux dernières semaines, je suis très fatigué après environ une demi-heure. Comment cela est-il possible?

Je suis enceinte de deux mois et j'ai du mal à arrêter complètement l'alcool et les cigarettes. Mais j'ai nettement réduit les deux. Quelle quantité d'alcool puis-je boire et combien de cigarettes puis-je fumer sans nuire à l'enfant?

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.