Bonjour, J'ai pris pendant 17 ans des benzos (somnifères et tranquillisants) et ceci suite à un cancer avec un récidif. Maintenant je suis occupé un sevrage par un médecin spécialiste. Mais quelle horreur je dois accepter. Quasi impossible de tenir le coup. Mon médecin fait un sevrage avec du valium en réduction minimaliste. J'ai maintenant 7 mois de sevrage et la dose de valium est à 12.5 mg. Avez-vous des moyens pour réduire les "douleurs" ? Aucune idée combien de temps ça va encore durer ??? Je suis au bout de mes capacités psychiques. Merci pour votre aide et support.

SafeZone.ch a répondu à cette question:

Vous faites preuve de beaucoup de courage pour prendre soin de vous et je vous envoie tout mon soutien. Le sevrage des benzodiazépines doit être effectué sous surveillance médicale, ce qui est votre cas. Les symptômes de sevrage les plus fréquents sont la nervosité, des douleurs à l'estomac et aux muscles, des troubles du sommeil et des maux de tête.

Je vous invite à parler de vos douleurs avec votre médecin afin qu'il puisse évaluer si celles-ci sont liées au sevrage ou à une autre cause. En parlant de votre ressenti à votre médecin cela lui permettra également d'adapter le dosage de la baisse progressive des benzodiazépines. Si vous n'êtes pas entièrement satisfaite de la prise en charge, vous êtes en droit de demander un autre avis médical.

Il serait intéressant de réfléchir à des alternatives aux médicaments pour supporter les douleurs (massages, technique de respiration et de relaxation, activités, thérapies naturelles,...) De plus, un suivi auprès d'un thérapeute psychologue/psychiatre ou auprès d'un centre en addictologie pourrait vous aider.

Vous pouvez également demander une consultation anonyme et sécurisée avec un consultant de Safezone pour en parler plus en détail.


Questions de personnes concernées

Existe-il un forum où les personnes dépendantes ou ayant une conso à risque peuvent échanger, aussi en fonction du groupe d'âge ? Comment rencontrer des gens de mon âge (30 ans) qui se rendent compte de leurs problèmes de consommation et avec qui on pourrait se voir de temps en temps pour échanger sur nos obstacles et facilitateurs ?

Il y a deux semaines, j’ai fait un sevrage d’alcool à la maison. Je vais mieux. Ça n’a pas été si difficile d’arrêter de boire et je gère maintenant complètement mon problème d’alcool. Mais ma femme a un autre avis et ça m’énerve.

Je suis très stressée au travail. Le soir je n’arrive pas à déconnecter et je dors mal depuis longtemps. Mon médecin m’a prescrit des médicaments contre les troubles du sommeil. Ces médicaments m’aident à dormir, mais y a-t-il un risque que je devienne dépendante? N’y a-t-il pas un autre moyen comportant moins de risques?

Souhaitez-vous recevoir des conseils de la part d'un-e spécialiste en qui vous pouvez avoir confiance?

Nous sommes à disposition pour une consultation en ligne anonyme et gratuite.